Nov 092013
 
Mon anglais est loin d’être au top, mais essayons une lecture et un résumé personnel.

2 articles de Paul Krugman du 09/11/2013 :
– 1) Non-Crisis France (Paul Krugman)
– 2) More Notes On France-Bashing (Paul Krugman)

Un peu plus de détail dans la suite…
Remarque : « agressions néo-libérales » est mon terme. Celui de Krugman est « apocalyptic rhetoric ».

Paul Krugman sur wikipedia :

– économiste américain qui a obtenu le « prix Nobel d’économie » 2008
– Krugman est un économiste influent dans le domaine de la finance internationale et de la macroéconomie internationale.

Article 1) Non-Crisis France (Paul Krugman)

Voilà comment je « décode » l’article :
Pourquoi les « forces néo-libérales » se déchaînent-elle contre la France, alors qu’elle n’est que « modérément troublée » ? C’est parce qu’elle a eu le péché d’augmenter les taxes plutôt que de diminuer les prestations (*)

(*) traduction ambigüe de « benefits » (avantages/ intérêts/ allocations/ prestations/ gains…) : j’ai choisi en fonction du contexte

Extraits :

More Notes On France-Bashing
[…]
Again, the point is not that France is problem-free; the question is why this only moderately troubled nation attracts rating downgrades and so much apocalyptic rhetoric.
[…]
Its sin is that of balancing its budget by raising taxes instead of slashing benefits. There’s no evidence that this is a disastrous policy — and in fact bond markets don’t seem concerned — but who needs evidence?

Traductions :
– problem-free : sans problème
– this only moderately troubled nation : cette nation que modérément troublée
– attracts rating downgrades : attire dégradations de notation
– apocalyptic rhetoric : rhétorique apocalyptique
– Its sin : son péché
– slashing benefits : réduisant les avantages ou réduisant les prestations/ allocations, …

Article 2) More Notes On France-Bashing (Paul Krugman)

Google traduction de la conclusion :

Donc, je maintiens mon appréciation: S & P n’a pas vraiment évaluer le risque de défaut Français, il se tapait les Français sur le poignet pour [hum… plutôt : il a fait une remontrance aux Français de] ne pas être suffisamment engagé à démanteler l’État-providence.

Sur le poignet ?… drôle d’idée…
Ca doit être un truc du genre « faire une remontrance aux Français de … » (« slap him on the wrist »)

La conclusion :

So I stand by my assessment: S&P wasn’t really assessing French default risk, it was slapping the French on the wrist for not being sufficiently committed to dismantling the welfare state.

On trouvera une meilleure traduction ici :
http://www.courrierinternational.com/article/2013/11/10/paul-krugman-la-france-ne-merite-pas-que-l-on-degrade-sa-note

Ainsi, de même que la course à l’austérité n’a en fait rien à voir avec la responsabilité fiscale, l’incitation à une « réforme structurelle » n’a qu’un rapport très éloigné avec la croissance. Dans un cas comme dans l’autre, l’objectif est surtout de démanteler l’Etat-providence.

Peut-être S&P n’est-il pas pleinement conscient de jouer ce jeu-là. Quand on navigue dans ces cercles, les choses que personne ne sait en réalité finissent par se transformer en ce que tout le monde sait. Mais ne considérez pas cette dégradation comme la preuve qu’il y a vraiment quelque chose de pourri dans la situation de la France. Il s’agit bien plus d’idéologie que d’une analyse économique solide.

Ici, un beau petit résumé, indice de la poussée politique ultra-libérale sur la France.

La France cible d’un complot
Pour Paul Krugman, la France est depuis plus d’un an ciblée par une propagande négative, menée pour des raisons idéologiques par les tenants de l’austérité à tout prix. Des attaques qui auraient presque des airs de complot, avance le Prix Nobel.
[…]
Si les lecteurs américains ont l’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part, c’est normal. Aux Etats-Unis, les pourfendeurs du budget s’avèrent presque à chaque fois plus pressés de tailler des coupes sombres dans Medicare et le système de retraites que de réduire effectivement les déficits. Les défenseurs européens de l’austérité, manifestement, sont faits du même bois. La France a commis le péché impardonnable d’être responsable sur le plan budgétaire sans pour autant accroître les malheurs des démunis et des malchanceux. Pour cela, elle doit être châtiée.

Article publié le 10 novembre

http://www.courrierinternational.com/article/2013/11/12/la-france-cible-d-un-complot?page=all

 Posted by at 22 h 11 min
Nov 092013
 
Banque systémique :

banque dont les activités sont tellement importantes et variées que son hypothétique faillite aurait nécessairement un effet très négatif sur la finance mondiale.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_syst%C3%A9mique

Vocabulaire :

– G-SIBs : Global-Systemically Important Banks
– banque systémique
– méga banque

Quels sont les G-SIBs française ?

BNP Paribas : top +2% (*) !
– BPCE
– Crédit Agricole
Société Générale

(*) BNP Paribas doit ajouter un « coussin FSB » de +2% de fonds propres ; pour les autres +1% suffira…
Source : http://www.financialstabilityboard.org/publications/r_121031ac.pdf

Concentration du système bancaire français :

20131109-Megabanques-ConcentrationDuSystemeBancaire

Les 2 premières banques représentent la moitié du secteur, et les 5 premières 86 % ! (OB)

En activité d’investissement, nos mégabanques sont elles si modestes par rapport aux 2 plus grandes banques américaines ? (réponse pour ceux qui ont du mal à suivre : « non » !)

20131109-Megabanques-ActivitesDInvestissement

 

Divers :

Article intéressant : http://www.bsi-economics.org/index.php/monnaie-finance/item/217-mesurer-risque-systemique

– L’interaction et l’interconnexion d’entités financière individuellement solides est source de fragilités nouvelles, ce qui nécessitent une gestion plus globale des risques.
– Le risque systémique est cependant une notion très difficile à cerner, ce qui rend sa mesure d’autant plus ardue qu’il n’existe aucun point de comparaison.
– Plutôt que de chercher à quantifier ce nouveau risque et prévoir sa matérialisation, l’objectif, certes moins ambitieux, consiste à identifier les vulnérabilités pour pouvoir ensuite les gérer en temps réel grâce à des instruments macro-prudentiels qui, pour la plupart, sont encore à finaliser.

Article intéressant : http://www.wikistrike.com/article-la-nouvelle-liste-mondiale-des-banques-systemiques-112089339.html

 Posted by at 18 h 01 min
Nov 082013
 

Reportage sur les drônes :
– [0-25’10] drônes militaires
– [38’50] Mini drônes autonomes

Mes notes d’écoute.

Partie sur les drônes militaires :

Un avion militaire durant la guerre froide (SR71) :
Photo avec précisions de 30cm depuis 27.000 mètre d’altitude

Avions sans pilote = lourds => problème de carburant => durée de vol limitée

2ème guerre mondiale :
possible de téléguidé par radio des avions dont le pilote s’est éjecté

Années 60, 70 : chutes de drones fréquents

En 2012, les dônes ont fait des 100 taines d’attaques dans 4 pays.
Officiellement, ils n’interviennent qu’en Afghanistan.

Lu : « les drônes créent des ennemies plus qu’on ne les tuent »
Entendu : « on ne fait pas franchir de frontière à un être humain, mais ça n’en demeure pas moins une invasion »

[28’20] :
 »
On est entré dans une phase où on effectue des missions à l’aide de plateformes non piloté. Par le passé, on aurait qualifié ces opérations de guerre. Et on les aurait traité en tant que tel. Quand on effectue plus de 300 frappes contre un pays, c’est au moins l’équivalent d’une campagne aérienne. Mais on n’appelle plus ça comme ça.
 »

[29’39] :
 »
Grâce à la loi sur la liberté de l’information, des journalistes se sont procurés une transmission classée top secret datant de 2010, montrant les [des !] dérivent qui peuvent se produire. Un équipage de prédator a pris des civiles afghans, hommes, femmes et enfants pour des insurgés.
L’opérateur demande : c’est un fusil ?
Réponse de son collègue : je ne sais pas trop mais ça ressemble à un objet.
Après des heures de surveillance, un haut gradé ordonne de tirer.
23 civiles meurent.
La faute notamment aux limites des capteurs.
 »

Argus : 1,8 milliards de pixels : la caméra avec la plus grande résolution au monde.
Pour « observer simultanément une zone grande comme une ville de taille moyenne »
Voir la démo tactile à 32’00
Résolution suffisante pour voir les gens agiter les bras et les vêtements qu’ils portent.
On peux ouvrir simultanéement 65 fenêtres.
Tout objet de plus de 15 cm est visible.
Enregistre 1 milliard de téra octets par jour, l’équivalent de 5000 heures en haute définition => visionage comme en temps réel.
Argus = 368 capteurs photo d’un téléphone (?…)

[35’00]
Projet d' »aile volante » qui pourrait voler plusieurs années (pour filmer 24h/24 la même zone).

Les drônes s’écrasent plus souvent que les avions.

En 2011, un drône a disparu au dessus de l’Iran.
« Il s’est posé là où il n’aurait pas dû. Je ne vous en dirai pas plus »
Les iraniens ont affirmé avoir piraté le système de commandes informatisé pour prendre le contrôle du drône.

Ere nouvelle pour la guerre.
Ex : brouiller un système de commandes pour en prendre le contrôle.
=>danger nouveau.

[38’50] Mini drônes autonomes
Les drônes dépendent de liaisons qui peuvent être coupés.
Les rendre autonome et les laisser décider de leurs actions.
Les principaux composants sont à la disposition de n’importe qui.
Applications sérieurs :
– police des frontières repérant des immigrés clandestins
– reconnaissances
– des milliers de particuliers, parfois à des fins politiques

Des drônes civiles ont été abatus aux USA.
=>problèmes juridiques => lois pour en limiter l’usage ? (vie privée, …)

Plus de 55 pays construisent, achètent des robots militaires (Iran avec rayon d’action de plus de 16900 kilomètres).

Le « swits.. bled.. » (revoir l’orthographe), porté à une main, fonce sur la cible et explose.
« Nos clients adorent cet appareil »

Dans 2 ans, le X47B (forme furtive) pourra décoller d’un porte avion, et d’y apponter seul.

Lien Arte :

http://www.arte.tv/guide/fr/050321-000/les-drones-un-usage-controverse?autoplay=1

Les drones, un usage controversé

Ces robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. Comment les drones fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer des civils et les libertés des citoyens ?

Avec leurs capteurs visuels, leur système de navigation et de contrôle satellite, leurs caméras infrarouges et leurs missiles (pour ceux qui sont armés), ces robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. Comment les drones fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer des civils et les libertés des citoyens ?

Le documentaire s’attache aux aspects technologiques du drone en compagnie de son inventeur, l’Israélien Abe Karem, mais aussi d’ingénieurs et de scientifiques du MIT et de l’US Air Force. Le réalisateur Peter Yost suit notamment les travaux de recherche de BAE System sur le design de nouveaux capteurs qui auront une définition de 8 milliards de pixels et emprunteront beaucoup à la technologie des smartphones. Il s’intéresse plus particulièrement au fonctionnement des drones MQ18 – Predator et MQ-9 Reaper, des modèles de longue endurance transportant des missiles de 500 kg.

N’importe qui, n’importe où

Le film décrit également les problèmes éthiques posés par l’utilisation des drones dans la lutte contre le terrorisme. Dix mille drones sont actuellement utilisés par les États-Unis. Plus de cinquante-cinq pays construisent, achètent ou utilisent aujourd’hui ces machines. Elles permettent de frapper n’importe qui, n’importe où, sans se soucier des frontières – ce qui pose problème au regard du droit international. L’an dernier, les États-Unis ont réalisé des centaines de frappes dans quatre pays. Seules celles qui se sont déroulées en Afghanistan s’inscrivaient dans le cadre d’une guerre officielle : les frappes au Pakistan, en Somalie et au Yémen constituant pour leur part des opérations secrètes. Le gouvernement américain affirme que les drones ont permis de décimer la direction d’Al-Qaida tout en limitant les pertes civiles ; mais les spécialistes contestent ces dires et estiment que 30 % des pertes humaines provoquées par les drones concernent justement des civils. Nous suivons également les entraînements des soldats qui apprennent à contrôler ces drones, dont la plupart n’ont jamais été pilotes et qui apprennent sur des jeux de simulation vidéo.

La fin du film est consacrée à l’utilisation domestique des drones aux États-Unis, contre laquelle des voix s’élèvent déjà : elles alertent sur le fait que d’ici quelques années, le ciel des États-Unis sera sillonné par trente mille drones collectant des informations mettant en danger la vie privée des citoyens.

 Posted by at 21 h 56 min
Nov 062013
 

Discussion avec Cécile Renouard
Emission France Culture – « Les Carnets de l’Economie »

Discussion 3/4 :
Source : http://www.franceculture.fr/emission-les-carnets-de-l-economie-cecile-renouard-34-etude-de-terrain-l-ethique-dans-les-multinatio

0’33 :

Je pense que notamment à travers de la recherche d’un développement durable et en raison des risques réputationnels, les entreprises ont à s’engager en matière de responsabilité social et sociétale.
J’aime à résumer les responsabilités de l’entreprise en disant qu’il y a :
– la responsabilité économique et financière (partage de la valeur) à la fiscalité. La question de la responsabilité sociale vis à vis des salariés et des salariés des sous-traitants
– la responsabilité sociétale et environnementale vis à vis des effets de l’activité de l’entreprise sur son écosystème naturel et humain
– une responsabilité politique vis à vis de la gestion des biens communs mondiaux.

2’49 : Notation éthique de l’entreprise.
Il faut intégrer :

– absolument la question de la responsabilité à l’intérieur de cette notation dite éthique (pas d’optimisation fiscale, pas de paradis fiscaux, pas de manipulation de prix de transfert […]).
– la grande question des écarts de revenus qui est un sujet qui me semble peu abordé.
– évidemment, la question des conditions de travail pour les salariés et pour les sous-traitants.
– je crois que de plus en plus on reconnaît que les entreprises ont une responsabilité vis à vis de la chaîne de valeurs

Discussion 4/4 :
Source : http://www.franceculture.fr/emission-les-carnets-de-l-economie-cecile-renouard-44-l-ethique-en-entreprise-une-pensee-revolutionn

1’13 :

[…] il faut changer le finalité des entreprises.
[…] il faut donner une finalité écologique et sociale à l’entreprise.
[…] le profit est un moyen nécessaire (au sens fort du mot nécessaire, ce qui ne peut pas ne pas être) au service d’une activité économique qui doit correspondre à un intérêt général.
[…] Daniel Hurstel, juriste, a proposé d’écrire un peu différemment l’article 1832 du code civil qui définit la finalité de la société commerciale en soulignant bien qu’en réalité, contrairement à ce que la doxa veut faire croire : les actionnaires ne sont absolument pas propriétaires de l’entreprise ; ils sont détenteurs de parts de la société commerciale, et tous l’enjeu est de faire de l’entreprise, un projet auquel différents acteurs participent.

3’15 :

Puisque l’économie se mêle de politique, puisque l’entreprise se mêle de politique, il est tend de renverser la table, le temps est venu de politiser l’entreprise.
Au sens où l’entreprise n’est pas une simple organisation économique, au sens où l’entreprise est aussi une institution inscrite dans la société, qui a un rôle à assumer, vis à vis de la gestion des biens communs mondiaux.
Ca veut dire une prise en charge, pour sa part, d’enjeux qui nous concernent tous, d’enjeux qui concernent le « bien vivre ensemble ».

Au sujet de Cécile Renouard (issu des pages de France Culture) :


« Peut-on parler d’éthique en économie ? »
Toute cette semaine pour en parler avec Cécile Renouard, directrice du programme de recherche CODEV  »
Entreprises et Développement « , de l’Institut ESSEC Iréné, auteur de Ethique et entreprise : pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire aux éditions de l’Atelier, 2013.

L’ESSEC Iréné
L’Institut de Recherche et d’Enseignement sur la Négociation a été créé à l’ESSEC en 1996 pour rassembler des chercheurs et des praticiens (universitaires, hauts fonctionnaires, diplomates, élus, responsables et salariés d’entreprises, syndicalistes, médiateurs sociaux) intéressés par la négociation, la médiation, le dialogue entre les parties prenantes et la gestion des conflits.

Programma de recherche CODEV
L’objectif du programme « Entreprises et Développement des Pays Emergents – CODEV » est d’étudier dans quelle mesure et selon quels critères les entreprises peuvent contribuer au développement durable des zones où elles mènent des opérations, en particulier des zones de grande pauvreté et/ou de fragilité sociale.

Livre de Cécile Renouard :
http://www.franceculture.fr/oeuvre-ethique-et-entreprise-pourquoi-les-chretiens-ne-peuvent-pas-se-taire-de-cecile-renouard
http://livre.fnac.com/a6079757/Cecile-Renouard-Ethique-et-entreprise

Chaîne de valeur :

ensemble des étapes déterminant la capacité d’une organisation à obtenir un avantage concurrentiel.
Ces étapes correspondent aux services de l’entreprise ou de manière arbitraire aux activités complexes imbriquées qui constituent l’organisation.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEne_de_valeur

 Posted by at 20 h 48 min