Déc 292013
 

Tentatives pour accéder à quelques points de vue / connaissances sur elle…

– 2013T3 : dette = 93% PIB
– anté-crise de 2007 : dette = 65% PIB
– 30% de diiférence
=> Merci les produits bancaire toxiques ? Merci les méga-banques ?

Où trouver la dette ?

– aller à la rubrique « Indicateur de conjoncture » :
http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17&sous_theme=1
– dans la page, chercher « Dette »
=>on tombe sur le lien « Résultats du 3e trimestre 2013 »
– cliquer ce lien
=>quelques graphiques et quelques tableaux

Graphiques Insee de la dette

20131225-DetteFrEnPourcentageDuPib2

20131225-DetteFrEnMilliards
(avec mes commentaires)

Source : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40

« Dette » et « Dette au sens de Maastricht »

« Dette »
– ensemble des emprunts [que l’Etat] a émis ou garantis
– et dont l’encours(*) résulte de l’accumulation des déficits de l’État
(*) encours : montant total des emprunts
(point 2 : ?…)
Source : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/dette-etat.htm

« Dette au sens de Maastricht »

Le calcul ne prend pas en compte les informations suivantes. Quelle importance ?
– « sont exclus les produits dérivés et les autres comptes à payer et à recevoir »
– « [sont exclus] les éléments de dette d’une administration détenus par une autre administration. C’est le cas par exemple des dépôts des administrations publiques au Trésor. »
Source : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/dette-sens-maastricht.htm

A continuer

A creuser

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique#cite_ref-5

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France#D.C3.A9finitions_et_mesures

http://fr.wikipedia.org/wiki/Crit%C3%A8res_de_Maastricht

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9ficit_budg%C3%A9taire_et_d%C3%A9ficit_public

http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2012/01/31/thermometres-trompeurs-iii-la-dette-publique-en-du-pib/

 Posted by at 4 h 51 min
Déc 292013
 

Seul intérêt de cet article…

– 2012 : 2 000 milliards d’euro
– PNB : Production annuelle Nationale se déroulant sur le sol national ou à l’étranger
– RNB : Revenus Nationaux salariaux et financiers

Page principale INSEE

http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=1

On y trouve :
– Le produit intérieur brut et ses composantes à prix courants (En milliards d’euros)
– Le produit intérieur brut et ses composantes à prix courants (Évolution en %)
– Le produit intérieur brut et ses composantes en volume (En milliards d’euros 2005)

PIB « à prix courants »

20131229-PIBaPrixCourant

http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/tableau.asp?sous_theme=1&xml=t_1101

2012 : 2 032,3 milliards d’euro

PNB, RNB

– PNB : Production annuelle Nationale se déroulant sur le sol national ou à l’étranger
– RNB : Revenus Nationaux salariaux et financiers

http://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_national_brut
http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_national_brut

 Posted by at 4 h 35 min
Déc 262013
 

Pour faire simple, le lecteur vous utilise comme référence dans un domaine précis.

Combien de fois ai-je entendu des journalistes/ économistes « solo », à la télé, dans des journaux, passer de la thèse à la synthèse de leur sujet ?
En oubliant étonnement l’anthithèse

Vous savez de quoi je parle ? Ce plan précis et simple qu’on a appris à l’école pour mettre en place une réflexion, pour faire un exposé « intelligent » à un auditoire ! :
– thèse
– antithèse
– et synthèse
Simple, clair.

On dit aussi :
– pour
– contre
– et conclusion

Quel intérêt de faire une antithèse ?
Ca risquerait surtout de faire réfléchir les auditeurs, et ça, y faut surtout pas !
Ca les empêcherait d’avaler le petit lait qu’on leur sert à boire, et le petit lait, c’est bon pour la sacré sainte croissance ! (qui diminue depuis 40 ans, mais c’est pas grave).

J’ai trouvé intéressant l’échange de tweets suivant (24/12/2013) car Stéphane Soumier, présentateur économique sur BFM, à l’air d’en donner une raison claire.

Dans cet échange, il est question de débat sous forme de « tweets ».
Mais il est assez simple d’appliquer l’analyse sur la question de débat sous forme d’exposé médiatique plus général.

Que l’on trouve très régulièrement dans des « journaux économiques » télé, papier ou internet (vous savez, ces média hyper-regardés ou lus qui sont en général achetés par certains riches grands groupes bien que les modèles économiques sont déficitaires).

20131225-TheseAntitheseSynthese1
(dans cette séquence, j’ai remis les tweets à l’endroit)

Je retiens donc un des intérêts de ne pas mettre en place l’antithèse dans un discours médiatique :

Pour faire simple, le lecteur vous utilise comme référence dans un domaine précis.

Thanks.

 Posted by at 0 h 08 min
Déc 252013
 

A vrai dire, j’ai parfois du mal à comprendre ce qu’un libéral ressent.
Voilà un tweet, ce 25/12/2013 vers 21h30, qui devrait m’aider
(*)

20131225-FetesFamiliales2

Je me met dans la peau d’un libéral en ce jour de fête de Noël. Voilà mon ressenti.

1) Malgré la fête familial, je vis dans la crainte de cet Etat-Monstre 🙁, à tel point que privatiser mes repas familiaux, protéger ma famille, me hante.

2) Je me souviens qu’un jour de fête est un jour férié obligatoire et ça me fait tellement mal.
Tellement mal parce que je vois à quel point notre main d’oeuvre est esclave de cet Etat qui veut tout gérer ! 😥. Ils ont pieds et poings liés : ils ne peuvent même pas choisir de travailler quelques heures ce jour.
Pourtant, des heures supp. leur permettraient de mettre un peu de beurre dans leurs pâtes.
Et pourquoi leur interdire ce plaisir du choix de travailler quelques heures après un repas copieux et convivial, en famille, et plein de gaïté ?
Alors j’en profite pour rêver à des jours meilleurs ; des jours fériés travaillés et des dimanches travaillés pour que tout nos petits salariés, qui se plaignent de leurs condition, puissent enfin gagner davantage d’argent. Pour un sapin plus joli, pour choyer davantage leurs enfants, comme ceux-ci le méritent. (**)

Bonnes fêtes à tous et faites de beaux rêves !

PS :
Effectivement, ça ne paraît pas évident à notre époque d’être libéral.
C’est plus simple d’être gauchiste et humaniste !
Mais le vent tourne. 🙂 Nos jours heureux arrivent à nous autres libéraux. 😀

(*) sur le ton de l’humour puisque, semble-t-il, je n’ai rien compris au sens de la phrase d’origine
Suis-je un affreux gauchiste pour oublier que les tweets sont des messages succincts et pas toujours clairs ?

(**) bon, effectivement, s’ils ne vont pas directement au chômage. Mais s’ils acceptent (enfin) le moins-disant social, y a pas de risques. (à défaut d’être intelligents, ) ils finiront bien par être aussi compétitifs que des chinois (ou bientôt des africains) non ?
Non. Ah. Hum, ok, c’est pas grave.

 Posted by at 23 h 09 min
Déc 242013
 

Sujet (éclairant) que je découvre grâce au film de 2013 de Gilles Perret

Vocabulaire

– CNR : Conseil National de la Résistance ; réuni le 27/05/1943, pour fédérer la résistance pendant et! après la guerre (forces de gauche, un peu du centre, fédérés autour de De Gaulle, mais sans les forces de droite qui semblaient ailleurs…)
– « Les Jours Heureux » : le programme du CNR pour sortir de la guerre et pour la suite
– « Les Jours Heureux » : Film 2013 de Gilles Perret (qui m’a fait découvrir le sujet)

(France 2) Présentation du sujet « Les Jours Heureux » du CNR

Plage à voir : de 1’20 à 4’35

http://www.dailymotion.com/video/x17v1p0_les-jours-heureux-20h-france-2_news?start=68

Citation du présentateur :

Il y a près de 70 ans, alors que la guerre fait rage, le Conseil National de la Résistance invente l’idée, en quelque sorte, d’Etat Providence.
Sécurité Sociale, Congés Payés, Hausse des retraites, c’est tout un programme Economique et Social qui est alors mis sur pied.
Son titre : Les Jours Heureux

Le film « Les Jours Heureux » de Gilles Perret

20131224-LesJoursHeureux

Site officiel : http://lesjoursheureux.net/

Quelques débats (dont Gérard Filoche ou Pierre Larrouturou), : http://lesjoursheureux.net/les-debats/

La revue de presse (Le Monde, France 3, L’Humanité, France Culture, RFI, France Inter, …) :
http://lesjoursheureux.net/presse/revue-de-presse/

Livres que m’a proposé un membre de l’équipe :
– « Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! » chez « Fakir », 6 euro
http://www.fakirpresse.info/Ils-nous-ont-dit-Vous-etes-fous.html
– Les jours heureux chez « La Découverte Poche », 8 à 10 euro
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_jours_heureux-9782707160164.html
http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article3

Emission France Inter – 04/11/2013 – Les Jours heureux avec Gilles Perret (Emission « Là-bas si j’y suis »)

http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-les-jours-heureux

A 37’20 à 38’20, au sujet de nos politiciens d’aujourd’hui ; ici, avec Bayrou :

Non, ça ne s’est pas bien passé.
En fait, ils sont tous assez prompt à vouloir répondre sur les questions de résistance parce que c’est plutôt glorifiant de s’exprimer sur ces questions-là. Sauf qu’ils ont une connaissance un petit peu de surface parce qu’ils ont tous bien connu tel résistant, etc…
Mais quand on rentre dans le vif et dans le contenu du programme, là ça se passe assez mal.
Parce que ce n’est pas le tout de se référer à cette histoire là.
[Mais] c’est de savoir eux :
– dans les actes, qu’est-ce qu’ils ont fait
– et en quoi ils s’estiment être légitime de mentionner ce programme dans leur discours politique.
Et là, dès qu’on gratte la couche de communication, et qu’on gratte en dessous du vernis, c’est soi le vide sidéral, soit l’affrontement.
L’affrontement notamment avec François Bayrou qui sort de ses gongs et qui n’est pas content du tout parce qu’on voit que ce gars là vraiment quelqu’un de droite, libéral.
Parce que quand on lui parle de remettre des règles et reprendre la main, ça l’énerve.
Donc il ne faut pas qu’il nous fasse croire à chaque élection que c’est quelqu’un de centre gauche, de centre droit, de centre je-sais-pas-quoi.
Non, c’est quelqu’un de droite, et un libéral. »

J’ajoute que j’aurais dit « un libéral fort » parce que le terme « libéral » d’origine possède peut-être une notion de responsabilité qui aurait été gommé de nos jours. A creuser pour ceux qui veulent/ peuvent.

Interview de François Bayrou à 38’20 à 39’22 :

– FB : Elles existent les règles.
– GP : On les a quand même très largement assouplis et c’est pour ça que …
– FB : Non, je ne crois pas, Les règles existent. Dieu sait ! que nous sommes un pays dans lesquel il y a règles, et règlements, et lois, et contrôle de toute nature !
– GP : En même temps, on a quand même décidé de libéraliser la finance, les marchés de l’énergie, les services publics. C’est quand même des règles qui existaient et qu’on a décidé, et vous avez accompagné ça aussi non ?
– FB : excusez-moi, je ne sais pas quelle monde voyez. Mais en tout cas je peux vous dire que le monde le moins encadrer, c’est la Chine communiste.
– GP : Mais à un moment donné il va bien falloir faire quelquechose sinon ça va mal finir non ? Vous ne pensez pas ?
– FB : Ah je pense que c’est si on va dans votre sens que ça va très mal finir »

Au sujet de l’idéologie néolibérale qui cherche à déconstruire les avancées du CNR :
A 44’12.

– présentateur : Quelqu’un d’autre, Gille Perret, que vous auriez pu remercier, c’est quand même Denis Kessler qui lui a vraiment vendu la mèche. Qui a dit ce qu’il fallait faire de cette mémoire du CNR et des suites. Qu’il fallait démonter ça.
– GP : bien sûr. Il a rendu un fier service parce que c’est vrai que Raymond Aubrac le dit dans le film avec son humour habituel. Il dit : ça doit être un sous-marin de la gauche parce qu’il nous a rendu un tel service en écrivant noir sur blanc en quoi consistait les politiques néolibérales. C’est à dire qu’il fallait aujourd’hui déconstruire pierre par pierre tout l’édifice qui s’est construit par le CNR.
Denis Kessler :
– c’est le vice président du Medef
– il est encore très influent
– il est juste derrière
Monsieur Gattaz aujourd’hui… Il faut se remettre dans le contexte de l’époque où on est dans ce Sarkozysme triomphant et ça devient possible de dire des choses comme ça.
Aujourd’hui ils estimaient que le champs était libre pour pouvoir porter cette idéologie là.
Et effectivement le constat c’est bien que, depuis l’arrivée du néolibéralisme, LE plan du néolibéralisme, c’est de déconstruire tout ce qui a été mis en place à la Libération. C’est pas […] arrivée [malgré notre impression] par les forces du saint-esprit, par pragmatisme, … Non, ça correspond vraiment à une pensée qui a été rédigé dès la libération et qui a été porté par le patronat.
Un des 1er représentants du syndicat du patronat avait d’ailleurs fait une déclaration où il disait : « on nous a pris tout ça en 44, on mettra le temps qu’il faudra mais on reprendra tout ».

Pour comprendre pourquoi Kessler, lire ceci http://blogs.mediapart.fr/blog/republicain/191211/denis-kessler-il-sagit-de-defaire-methodiquement-le-programme-du-cnr

Extrait, en 2007, sous Sarkozy (je n’ai pas trouvé l’article de Challenges du 4 octobre 2007) :

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

Constitution IV République (1946)
et préambule Constitution V République (1958)

– 19/04/1946 : Projet de Constitution du 19 avril 1946
| – 20/01/1946 : démission de De Gaulle « parce qu’il n’a pas la confiance de l’Assemblée Nationale Constituante » (PC, SFIO)
| – 02/06/1946 : assemblée constituante élue
| – 05/05/1946 : référendum => rejet à 53 %
| – Raisons possibles du rejet ? 1) « risque de dérive vers un régime d’assemblée » 2) « texte, critiqué par le MRP et la droite »
– 27/10/1946 : Constitution du 27 octobre 1946 => IV République
| – question 1 : « Voulez-vous que l’Assemblée Nationale, élue ce jour, soit Constituante ? » ; 72 % oui ; 3% non
| – question 2 : « […] approuvez-vous que les pouvoirs publics soient, jusqu’à la mise en vigueur de la nouvelle Constitution, organisés conformément au projet ci-contre ? » ; 50% oui ; 25% non
| – durée totale de constitution : 1 an, 6 jours
| – Raisons possible du succès ? « Georges Bidault […] compromis entre les trois grands partis, PC, SFIO et MRP »

La Constitution de 1946 s’ouvre par un préambule enrichissant la Déclaration des droits de l’homme de 1789, affirmant de nouveaux droits constitutionnels, principalement économiques et sociaux.
Il dispose ainsi :
« Le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. »
Il donne valeur constitutionnelle à des principes considérés comme « particulièrement nécessaires à notre temps » :
– l’égalité homme-femme,
– le droit d’asile,
– le droit et la liberté syndicale,
– le droit de grève,
– le droit à l’emploi,
– la non-discrimination dans le travail,
– le droit de participation à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.
Enfin, il engage la France à respecter le droit international.
La Constitution de 1958 (Ve République) consacre ce préambule, qui conserve donc sa valeur constitutionnelle. Elle s’impose donc, encore aujourd’hui, aux pouvoirs publics, et son application est assurée par le Conseil constitutionnel depuis 1971 et sa décision Liberté d’association

Divers

– Elysée – 70ème anniversaire du Conseil National de la Résistance :
http://www.elysee.fr/videos/reportage-70eme-anniversaire-du-conseil-national-de-la-resistance/

– (Wikipedia) Programme du Conseil national de la Résistance :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

 Posted by at 20 h 49 min
Déc 072013
 
En ces temps de guerre économique et de principes individualistes et corporatistes dans nos « démocraties », je m’intéresse un peu à ces accords.
Cet article est composé d’articles insérés indépendamment les uns des autres.

Paul Jorion tweet le communiqué de presse de Nouvelle Donne.

20140216-Tafta-PaulJorionTweetNouvelleDonne

http://www.nouvelledonne.fr/communiques/ttip-tafta

1ères idées, 1ers indices de gros problèmes :
(octobre 2013)

– c’est l’application de l’ultra-libéralisme à grande échelle, en cette période où nous savons l’échec (économique et démocratique) de cet ultra-libéralimse (cf les banques systémiques que les peuples ont dû renflouer ; leurs cartel pour tricher sur les libor/ euribor, la viande de cheval à la place du boeuf, les paradis fiscaux sur-exploités, …)
– nous sommes en période où les lobbies (et grosses sociétés) sont extrêmement puissantes, les états extrêmement faibles, les dirigeants européens non élus ultra-libéraux, les politiques élus en flagrant délis de mensonge ou de cachoterie
– l’accord de libre échange est caché aux peuples (il est « commercialement » fait par des dirigeants non élus)
– on refait aux peuples le coup de la « liberté ». A priori, tant que ça fonctionne pour manipuler les foules, on utilise…
– aucune information digne n’est présenté aux peuples via les média
– pinaise, je crains qu’on puisse trouver encore beaucoup d’indices. Je m’arrêterai là.

Vocabulaire :

– TAFTA : Trans Atlantic Free Trade Area
– TTIP : Transatlantic Trade and Investment Partnership
– Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement
– TPP : Trans Pacific Partnership (ça c’est pour le USA/Pacifique, mais j’imagine que l’idée est la même : mainmise des lobbies sur le reste du monde et sur les peuples)
– Pacte transatlantique
– grand marché transatlantique
– Accord de libre échange transatlantique

Point d’entrée de ma réflexion : le mouvement « Stoptafta »
http://stoptafta.wordpress.com/a-propos/

Voilà le collectif :

Les lanceurs de l’appel le 15 octobre 2013: Attac, Aitec, FSU, CGT, Confédération paysanne, Gauche Anticapitaliste, Parti de Gauche, Solidaires, Solidaires Douanes, Parti Pirate, jeunes écolo, Réelle Démocratie Maintenant, Faucheurs volontaires, Les Amis de la terre, Mouvement de la Paix, Economistes atterrés, EE les verts, Les Engraineurs, Fondation Copernic.

En gras, ceux que je retiens pour l’instant (non pas que les autres n’aient pas d’importance).

Stiglitz – 07/12/2013 – Lettre aux négociateurs du TPP :

Le PPT propose de geler dans un accord commercial contraignant plusieurs des pires caractéristiques des pires lois dans les pays du PPT, faire les réformes nécessaires extrêmement difficile, sinon impossible.

« The TPP proposes to freeze into a binding trade agreement many of the worst features of the worst laws in the TPP countries, making needed reforms extremely difficult if not impossible. »

Les mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États ne doivent pas être entourées de mystère pour le grand public, alors que les mêmes dispositions sont régulièrement discutées avec les conseillers aux grandes entreprises.

« The investor state dispute resolution mechanisms should not be shrouded in mystery to the general public, while the same provisions are routinely discussed with advisors to big corporations. »

http://keionline.org/node/1845

Autre lien du même style, mais concernant une opposition majoritaire au TPP : http://www.voxy.co.nz/politics/polls-show-majority-oppose-secretive-tpp-deal/5/176533

Stiglitz – 04/07/2013 :

http://www.project-syndicate.org/commentary/transatlantic-and-transpacific-free-trade-trouble-by-joseph-e–stiglitz

l’objectif est un régime commercial géré – géré, c’est-à-dire servir les intérêts particuliers qui ont longtemps dominé la politique commerciale dans l’Ouest.

Deuxièmement, aucun accord commercial devrait mettre les intérêts commerciaux avant les intérêts nationaux plus larges, en particulier lorsque les questions non commerciales-comme la régulation financière et la propriété intellectuelle sont en jeu.

La probabilité que ce qui ressort des discussions à venir sera de servir les intérêts des Américains ordinaires est faible; les perspectives pour les citoyens ordinaires dans d’autres pays est encore plus sombre.

Données détaillées sur les pactes d’enfer :

Juste hallucinant.
Mais dans ce monde de cynisme ultra-libérale, on comprendra que tout ceci est possible à courte échelle.
En résumé : l’asservissement ultime des peuples européens, américains, indonésiens envers les multinationales.
Asservissement ultime ? Non ! Il restera la possibilité plus tard d’équarrir ces peuples ; ça viendra vite.
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803

Les Economistes Atterrés :

Collectif d’économistes français bien connus et possédant des postes universitaires, des apparitions médiatiques. Leur parole est donc d’un poids qui a une forte importance.

http://www.atterres.org/article/la-lettre-dinformation-des-ea-juillet-2013

Un autre sujet est le projet d’accord de libre-échange transatlantique, avec les menaces qu’il contient sur les normes et réglementations européennes en matière :
– environnementale, via par exemple l’exploitation du gaz de schiste, les agro-carburants,
– alimentaire via la domination des multinationales agroalimentaires qui pourront imposer les OGM, leurs normes sanitaires, etc. ;
– de démocratie et d’indépendance, du fait que les entreprises pourront attaquer les États dont les normes les empêchent de faire ce qu’elles veulent en Europe.
Voir notre chronique Marianne sur ce sujet http://www.marianne.net/les-eco-att/A-qui-profitera-l-accord-de-libre-echange-transatlantique_a15.html

http://www.marianne.net/les-eco-att/A-qui-profitera-l-accord-de-libre-echange-transatlantique_a15.html
27/06/2013

il s’agit de s’attaquer aux barrières non tarifaires, principalement les normes et règlements, qui gênent les entreprises dans leurs stratégies de pénétration des marchés étrangers. Par ailleurs, le cœur du PTCI est l’institution de clauses et de procédures d’arbitrage, dites investisseur-Etat, permettant aux firmes de porter plainte contre les États et les collectivités territoriales qui auraient mis en place des réglementations considérées contraires à leurs intérêts.
[…]
supplément de croissance, estimé à 0.5% par an
[…]
Les États membres et les citoyens qui refusent l’extraction de ressources présentes sur leurs territoires – en particulier le pétrole et le gaz de schiste – pourront-ils résister aux multinationales du secteur énergétique et aux pouvoirs publics états-uniens qui considèrent ces ressources comme la garantie de l’autonomie énergétique et de la compétitivité ?
Le PTCI ne menace pas seulement d’affaiblir les garanties qui protègent les citoyens, en tant que travailleurs et usagers ; il va aussi à l’encontre du principe démocratique qui suppose que ceux qui sont concernés par les normes et règlements puissent les décider, à travers leurs élus. Or cette négociation, qui sera conduite dans la plus grande opacité, violera ce principe. Et ce déni de démocratie risque d’être aggravé par la capacité donnée aux entreprises par le futur accord d’attaquer les États ayant fixé ces normes démocratiquement.
La société civile doit se mobiliser pour que, du fait de ses risques majeurs, cet accord ne voie jamais le jour !

A creuser :

http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/15/un-projet-de-partenariat-transatlantique-menacant_1849027_3232.html
http://www.france.attac.org/dossiers/quest-ce-que-tafta
http://www.laquadrature.net/fr/TAFTA
http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-carre/220813/10-bonnes-raison-de-stopper-le-tafta
http://blogs.mediapart.fr/blog/annie-lasorne/191113/les-bonnes-raisons-de-stopper-tafta
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_libre-%C3%A9change_transatlantique
http://idf.eelv.fr/tafta-manifestation-paris/

 Posted by at 18 h 01 min
Déc 042013
 

Les travailleurs détachés :
une réussite néo-libérale qui a de l’avenir : made in Europe !

LesTravailleursDetaches
(dessin : http://www.politis.fr/Les-dessins-de-la-semaine,24804.html)

Les travailleurs low-cost :
– payés au salaire français
– mais dont les charges patronales sont celles du pays d’origine
Allez savoir pourquoi…

En tout cas l’Europe :
– ça semble bien dans les règles néo-libérale qui fait du dumping social avec brio (tous les peuples doivent s’aligner vers le bas ; comme d’hab…)
– propose à toutes les entreprises de se lancer dans ce secteur légal et enrichissant…
Car c’est bon pour la sacré sainte croissante et pour faire revenir le PIB qui pourtant chute depuis quelques décennies… (les décideurs européens sont-ils mauvais en analyse où n’aiment-ils pas dire les vérités ?…)

A 6’37 :

Qui sont ces salariés détachés ?
Ce sont des travailleurs qui quittent leurs pays d’origine, qui ont des charges plus faibles et des salaires plus bas.
Le Portugal, la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie, .. et qui viennent travailler dans nos entreprises.
[…]
La directive autorise ce déplacement de salariés qui doivent arriver et être acqueillis au niveau de salaire du pays où ils travaillent.
[…]
Effectivement, le travailleur détaché peut faire une mission dans l’un des pays de l’Union européenne :
– est censé percevoir le salaire du pays d’accueil
– mais d’emblée la directive prévoyait bien que les cotisations sociales soient payés au pays d’origine, avec des écarts pouvant atteindre 30% parfois
On le voit là [dans l’exemple], il y a 600 d’un côté et 300 de charge.

http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde-le-debat/vod/153838-travailleurs-detaches-le-retour-du-plombier-polonais

 Posted by at 22 h 05 min
Déc 042013
 

Joseph Stiglitz fait un bilan sur l’Europe…

J’ai google-traduit ce qui me semble évident en fait (c’est ainsi 2 fois plus simple à traduire…) :

Une grande partie de la conception de l’euro reflète les doctrines économiques néolibérales qui ont prévalu lors de la monnaie unique.

Chacune de ces doctrines s’est avéré être fausse

Si l’Allemagne et les autres pays d’Europe du Nord continuent d’insister sur la poursuite des politiques actuelles, elles, avec leurs voisins du sud, vont se retrouver à payer un prix élevé.

Si l’Allemagne et d’autres ne sont pas prêts à faire ce qu’il faut – s’il n’y a pas suffisamment de solidarité pour faire fonctionner la politique – alors l’euro peut être abandonné pour sauver le projet européen.

Bon, je crois que c’est clair…

Source :
http://www.project-syndicate.org/commentary/joseph-e–stiglitz-says-that-the-europe-will-not-recover-unless-and-until-the-eurozone-is-fundamentally-reformed

 Posted by at 21 h 50 min
Déc 012013
 

Quelques lignes pour découvrir ce sujet ; ce qui m’a assuré que le simple public (dont je fais parti) aurait raison de s’approprier un peu ce rapport.

Ma petite publication correspond uniquement à quelques citations des 12 1ères pages (sur 319 !)
Citations suffisantes pour susciter l’envie de lecture.

Version papier du « Rapport Stiglitz » :

– à commander dans sa petite librairie pour la soutenir l’économie locale (ce sera le même tarif que dans la grande surface, au pire à quelques petits centimes près)
– et à lire, surligner, annoter, froisser (s’en emparer quoi !)
http://www.actes-sud.fr/catalogue/economie/le-rapport-stiglitz

Quelques notes de lecture (issues des 12 1ères pages) :

– CMPEPS : Commission pour la Mesure des Performances Economiques et du Progrès Social
février 2008 (Sarkozy) => Joseph Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi

– (3)

Ce que l’on mesure a une incidence sur ce que l’on fait

si mesures de performances faussées => risque de conclusion faussée

– (4) existence d’un écart important entre les mesures habituelles et les perceptions
=> sape la confiance à l’égard des statistiques et des politiques décidées

– (5)

le PIB ou tout autre agrégat calculé par habitant peut ne pas fournir une évaluation appropriée de la situation dans laquelle la plupart des gens se trouvent.

=> exemple du creusement des inégalités

Il se peut que les statistiques habituellement utilisées ne rendent pas compte de certains phénomènes qui ont une incidence de plus en plus grande sur le bien-être des citoyens.

Exemple : du PIB qui augmente lorsque la circulation automobile augmente => pollution atmosphérique augment => qualité de vie diminue

Il se peut toutefois que si l’on avait été plus conscient des limites des mesures classiques comme le PIB, l’euphorie liée aux performances économiques des années d’avant la crise aurait été moindre, et que des outils de mesure intégrant des évaluations de la soutenabilité (endettement privé croissant, par exemple) nous auraient donné une vision plus prudente de ces performances

– (8)

Nous sommes également confrontés à l’imminence d’une crise environnementale, tout particulièrement du fait du réchauffement planétaire. Les prix du marché sont faussés par le fait qu’aucune taxe n’est imposée aux émissions de carbone et les mesures classiques du revenu national ne tiennent aucun compte du coût de ces émissions.

– (9)

ceux qui s’efforcent de guider nos économies et nos sociétés sont dans la même situation que celle de pilotes qui chercheraient à maintenir un cap sans avoir de boussole fiable.

– (13)

[Ce rapport] s’adresse d’abord aux responsables politiques. […] il préconise de déplacer le centre de gravité de notre appareil statistique d’un
système de mesure privilégiant la production à un système orienté sur la mesure du bien-être des générations actuelles et à venir

– (15)

En troisième lieu, ce rapport a été rédigé à l’intention de la communauté académique […] Il leur rappelle la
difficulté qui peut s’attacher à la production de données fiables et les nombreuses hypothèses qui sous-tendent toute série statistique. Nous espérons que les universitaires se montreront plus prudents quant à la confiance qu’ils accordent à certaines statistiques

– (16) aussi à l’intention : des organisations, du public,

à la
presse et aux médias, auxquels incombe la responsabilité de permettre aux citoyens de mieux saisir ce qui se passe au sein de la société où ils vivent. L’information est un bien public : plus nous sommes informés sur ce qui se produit dans notre société, mieux nos démocraties seront à même de fonctionner

– (17) distinguer :
-> bien être présent (des gens) : dépend des ressources économiques (revenus, …), des caractéristiques non économiques (ce qu’ils font et ce qu’ils peuvent faire, leur appréciation de leur vie, leur environnement naturel, …)
-> soutenabilité : « ces niveaux de bien-être dépend de la question de savoir si les stocks de capital qui importent pour notre vie (capital naturel, physique, humain, social) seront ou non transmis aux générations à venir »
-> PIB

Pour aller à peine plus loin :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_Stiglitz

Le but de cette commission est de développer une « réflexion sur les moyens d’échapper à une approche trop quantitative, trop comptable de la mesure de nos performances collectives » et d’élaborer de nouveaux indicateurs de richesse

Selon le « Forum pour d’autres indicateurs de richesse »
– ce rapport « survalorise l’Épargne nette ajoutée (ENA) »

le PIB, centré sur la production et la consommation marchandes et monétaires, ne prend en compte que certaines activités, ignore les effets prédateurs du productivisme et de la dérégulation sur la vie sociale et sur l’environnement. Il compte positivement des activités néfastes ou qui ne font que réparer des dégâts d’origine humaine. Il est indifférent à la mise en cause des biens communs vitaux (eau, air, sol…) et à la violation des droits fondamentaux de milliards de personnes qui en résulte. Il a été incapable de nous alerter sur l’existence et l’aggravation des crises sociales, écologiques, économiques et financières. Il nous a aveuglés et rendus collectivement insensibles aux dérives de notre modèle de développement

 Posted by at 9 h 38 min