Déc 242013
 

Sujet (éclairant) que je découvre grâce au film de 2013 de Gilles Perret

Vocabulaire

– CNR : Conseil National de la Résistance ; réuni le 27/05/1943, pour fédérer la résistance pendant et! après la guerre (forces de gauche, un peu du centre, fédérés autour de De Gaulle, mais sans les forces de droite qui semblaient ailleurs…)
– « Les Jours Heureux » : le programme du CNR pour sortir de la guerre et pour la suite
– « Les Jours Heureux » : Film 2013 de Gilles Perret (qui m’a fait découvrir le sujet)

(France 2) Présentation du sujet « Les Jours Heureux » du CNR

Plage à voir : de 1’20 à 4’35

http://www.dailymotion.com/video/x17v1p0_les-jours-heureux-20h-france-2_news?start=68

Citation du présentateur :

Il y a près de 70 ans, alors que la guerre fait rage, le Conseil National de la Résistance invente l’idée, en quelque sorte, d’Etat Providence.
Sécurité Sociale, Congés Payés, Hausse des retraites, c’est tout un programme Economique et Social qui est alors mis sur pied.
Son titre : Les Jours Heureux

Le film « Les Jours Heureux » de Gilles Perret

20131224-LesJoursHeureux

Site officiel : http://lesjoursheureux.net/

Quelques débats (dont Gérard Filoche ou Pierre Larrouturou), : http://lesjoursheureux.net/les-debats/

La revue de presse (Le Monde, France 3, L’Humanité, France Culture, RFI, France Inter, …) :
http://lesjoursheureux.net/presse/revue-de-presse/

Livres que m’a proposé un membre de l’équipe :
– « Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! » chez « Fakir », 6 euro
http://www.fakirpresse.info/Ils-nous-ont-dit-Vous-etes-fous.html
– Les jours heureux chez « La Découverte Poche », 8 à 10 euro
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_jours_heureux-9782707160164.html
http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article3

Emission France Inter – 04/11/2013 – Les Jours heureux avec Gilles Perret (Emission « Là-bas si j’y suis »)

http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-les-jours-heureux

A 37’20 à 38’20, au sujet de nos politiciens d’aujourd’hui ; ici, avec Bayrou :

Non, ça ne s’est pas bien passé.
En fait, ils sont tous assez prompt à vouloir répondre sur les questions de résistance parce que c’est plutôt glorifiant de s’exprimer sur ces questions-là. Sauf qu’ils ont une connaissance un petit peu de surface parce qu’ils ont tous bien connu tel résistant, etc…
Mais quand on rentre dans le vif et dans le contenu du programme, là ça se passe assez mal.
Parce que ce n’est pas le tout de se référer à cette histoire là.
[Mais] c’est de savoir eux :
– dans les actes, qu’est-ce qu’ils ont fait
– et en quoi ils s’estiment être légitime de mentionner ce programme dans leur discours politique.
Et là, dès qu’on gratte la couche de communication, et qu’on gratte en dessous du vernis, c’est soi le vide sidéral, soit l’affrontement.
L’affrontement notamment avec François Bayrou qui sort de ses gongs et qui n’est pas content du tout parce qu’on voit que ce gars là vraiment quelqu’un de droite, libéral.
Parce que quand on lui parle de remettre des règles et reprendre la main, ça l’énerve.
Donc il ne faut pas qu’il nous fasse croire à chaque élection que c’est quelqu’un de centre gauche, de centre droit, de centre je-sais-pas-quoi.
Non, c’est quelqu’un de droite, et un libéral. »

J’ajoute que j’aurais dit « un libéral fort » parce que le terme « libéral » d’origine possède peut-être une notion de responsabilité qui aurait été gommé de nos jours. A creuser pour ceux qui veulent/ peuvent.

Interview de François Bayrou à 38’20 à 39’22 :

– FB : Elles existent les règles.
– GP : On les a quand même très largement assouplis et c’est pour ça que …
– FB : Non, je ne crois pas, Les règles existent. Dieu sait ! que nous sommes un pays dans lesquel il y a règles, et règlements, et lois, et contrôle de toute nature !
– GP : En même temps, on a quand même décidé de libéraliser la finance, les marchés de l’énergie, les services publics. C’est quand même des règles qui existaient et qu’on a décidé, et vous avez accompagné ça aussi non ?
– FB : excusez-moi, je ne sais pas quelle monde voyez. Mais en tout cas je peux vous dire que le monde le moins encadrer, c’est la Chine communiste.
– GP : Mais à un moment donné il va bien falloir faire quelquechose sinon ça va mal finir non ? Vous ne pensez pas ?
– FB : Ah je pense que c’est si on va dans votre sens que ça va très mal finir »

Au sujet de l’idéologie néolibérale qui cherche à déconstruire les avancées du CNR :
A 44’12.

– présentateur : Quelqu’un d’autre, Gille Perret, que vous auriez pu remercier, c’est quand même Denis Kessler qui lui a vraiment vendu la mèche. Qui a dit ce qu’il fallait faire de cette mémoire du CNR et des suites. Qu’il fallait démonter ça.
– GP : bien sûr. Il a rendu un fier service parce que c’est vrai que Raymond Aubrac le dit dans le film avec son humour habituel. Il dit : ça doit être un sous-marin de la gauche parce qu’il nous a rendu un tel service en écrivant noir sur blanc en quoi consistait les politiques néolibérales. C’est à dire qu’il fallait aujourd’hui déconstruire pierre par pierre tout l’édifice qui s’est construit par le CNR.
Denis Kessler :
– c’est le vice président du Medef
– il est encore très influent
– il est juste derrière
Monsieur Gattaz aujourd’hui… Il faut se remettre dans le contexte de l’époque où on est dans ce Sarkozysme triomphant et ça devient possible de dire des choses comme ça.
Aujourd’hui ils estimaient que le champs était libre pour pouvoir porter cette idéologie là.
Et effectivement le constat c’est bien que, depuis l’arrivée du néolibéralisme, LE plan du néolibéralisme, c’est de déconstruire tout ce qui a été mis en place à la Libération. C’est pas […] arrivée [malgré notre impression] par les forces du saint-esprit, par pragmatisme, … Non, ça correspond vraiment à une pensée qui a été rédigé dès la libération et qui a été porté par le patronat.
Un des 1er représentants du syndicat du patronat avait d’ailleurs fait une déclaration où il disait : « on nous a pris tout ça en 44, on mettra le temps qu’il faudra mais on reprendra tout ».

Pour comprendre pourquoi Kessler, lire ceci http://blogs.mediapart.fr/blog/republicain/191211/denis-kessler-il-sagit-de-defaire-methodiquement-le-programme-du-cnr

Extrait, en 2007, sous Sarkozy (je n’ai pas trouvé l’article de Challenges du 4 octobre 2007) :

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

Constitution IV République (1946)
et préambule Constitution V République (1958)

– 19/04/1946 : Projet de Constitution du 19 avril 1946
| – 20/01/1946 : démission de De Gaulle « parce qu’il n’a pas la confiance de l’Assemblée Nationale Constituante » (PC, SFIO)
| – 02/06/1946 : assemblée constituante élue
| – 05/05/1946 : référendum => rejet à 53 %
| – Raisons possibles du rejet ? 1) « risque de dérive vers un régime d’assemblée » 2) « texte, critiqué par le MRP et la droite »
– 27/10/1946 : Constitution du 27 octobre 1946 => IV République
| – question 1 : « Voulez-vous que l’Assemblée Nationale, élue ce jour, soit Constituante ? » ; 72 % oui ; 3% non
| – question 2 : « […] approuvez-vous que les pouvoirs publics soient, jusqu’à la mise en vigueur de la nouvelle Constitution, organisés conformément au projet ci-contre ? » ; 50% oui ; 25% non
| – durée totale de constitution : 1 an, 6 jours
| – Raisons possible du succès ? « Georges Bidault […] compromis entre les trois grands partis, PC, SFIO et MRP »

La Constitution de 1946 s’ouvre par un préambule enrichissant la Déclaration des droits de l’homme de 1789, affirmant de nouveaux droits constitutionnels, principalement économiques et sociaux.
Il dispose ainsi :
« Le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. »
Il donne valeur constitutionnelle à des principes considérés comme « particulièrement nécessaires à notre temps » :
– l’égalité homme-femme,
– le droit d’asile,
– le droit et la liberté syndicale,
– le droit de grève,
– le droit à l’emploi,
– la non-discrimination dans le travail,
– le droit de participation à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.
Enfin, il engage la France à respecter le droit international.
La Constitution de 1958 (Ve République) consacre ce préambule, qui conserve donc sa valeur constitutionnelle. Elle s’impose donc, encore aujourd’hui, aux pouvoirs publics, et son application est assurée par le Conseil constitutionnel depuis 1971 et sa décision Liberté d’association

Divers

– Elysée – 70ème anniversaire du Conseil National de la Résistance :
http://www.elysee.fr/videos/reportage-70eme-anniversaire-du-conseil-national-de-la-resistance/

– (Wikipedia) Programme du Conseil national de la Résistance :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

 Posted by at 20 h 49 min