Déc 262013
 

Pour faire simple, le lecteur vous utilise comme référence dans un domaine précis.

Combien de fois ai-je entendu des journalistes/ économistes « solo », à la télé, dans des journaux, passer de la thèse à la synthèse de leur sujet ?
En oubliant étonnement l’anthithèse

Vous savez de quoi je parle ? Ce plan précis et simple qu’on a appris à l’école pour mettre en place une réflexion, pour faire un exposé « intelligent » à un auditoire ! :
– thèse
– antithèse
– et synthèse
Simple, clair.

On dit aussi :
– pour
– contre
– et conclusion

Quel intérêt de faire une antithèse ?
Ca risquerait surtout de faire réfléchir les auditeurs, et ça, y faut surtout pas !
Ca les empêcherait d’avaler le petit lait qu’on leur sert à boire, et le petit lait, c’est bon pour la sacré sainte croissance ! (qui diminue depuis 40 ans, mais c’est pas grave).

J’ai trouvé intéressant l’échange de tweets suivant (24/12/2013) car Stéphane Soumier, présentateur économique sur BFM, à l’air d’en donner une raison claire.

Dans cet échange, il est question de débat sous forme de « tweets ».
Mais il est assez simple d’appliquer l’analyse sur la question de débat sous forme d’exposé médiatique plus général.

Que l’on trouve très régulièrement dans des « journaux économiques » télé, papier ou internet (vous savez, ces média hyper-regardés ou lus qui sont en général achetés par certains riches grands groupes bien que les modèles économiques sont déficitaires).

20131225-TheseAntitheseSynthese1
(dans cette séquence, j’ai remis les tweets à l’endroit)

Je retiens donc un des intérêts de ne pas mettre en place l’antithèse dans un discours médiatique :

Pour faire simple, le lecteur vous utilise comme référence dans un domaine précis.

Thanks.

 Posted by at 0 h 08 min